Mères porteuses : passe d'armes entre Nadine Morano et Christine Boutin

Publié le par Lannig

LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 28.06.08 | 17h33 

Le débat sur les mères porteuses n'a pas fini de faire parler de lui. Ces derniers jours, il a même donné lieu à de vifs échanges entre deux membres du gouvernement. Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la famille, a en effet regretté samedi 28 juin, la "confusion" apportée au débat par la ministre du logement Christine Boutin, qui a lancé une pétition contre la légalisation de la "gestation pour autrui".

Une commission sénatoriale a recommandé cette semaine l'autorisation de la"gestation pour autrui" (GPA), que la loi sur la bioéthique de 1994 interdit en France alors que le procédé est légal en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis. Au terme de cinq mois d'auditions, les membres du groupe de travail sur la "maternité pour autrui" ont cependant recommandé d'encadrer strictement la pratique.

"JE NE DONNE PAS À MME BOUTIN LE MONOPOLE DES CONVICTIONS RELIGIEUSES"

Depuis mercredi, Mme Morano s'est déclarée favorable à plusieurs reprises à cette légalisation, affirmant qu'elle pourrait porter l'enfant de sa fille si cette dernière souffrait d'une malformation utérine. Des propos jugés "surprenants" par Mme Boutin. "Je ne peux imaginer que Mme Morano, en charge de la famille, n'ait pas envisagé les conséquences familiales, psychologiques et éthiques de son acceptation du principe de pouvoir être la mère de ses propres petits-enfants", a déploré la ministre du logement dans un communiqué diffusé vendredi. Cette dernière, catholique convaincue ayant combattu notamment contre l'instauration du Pacs, a également annoncé le lancement d'une pétition "pour alerter l'opinion" sur une éventuelle légalisation.

La réaction de Mme Boutin, selon Mme Morano, est "passionnée", mais "en même temps elle apporte beaucoup de confusion parce que le Sénat est très précis dans ses conditions", lui a répondu Mme Morano sur RTL, précisant que la mère porteuse ne devait "en aucun cas être la mère génitrice, c'est-à-dire la mère biologique". "La mère porteuse n'intervient que pour porter, donc il n'y pas de confusion de filiation", a-t-elle jugé. "Je ne donne pas à Mme Boutin le monopole des convictions religieuses", a également répliqué Mme Morano

Durée : 01:04Pris le : 28 juin 2008

PLUS D'INFOS WWW.LEPOST.FR

images : France2/ Itélé

28/06/08



Publié dans Gouvernement

Commenter cet article