LCP-AN : PS : c’est pas gagné !

Publié le par Lannig

A dix jours du vote pour les élections européennes, la situation du Parti socialiste apparaît critique. Situation liée à des difficultés d’entente entre différents courants qui, six mois après le congrès de Reims, n’ont toujours pas trouvé un terrain d’accord durable ; difficultés à apparaître aux yeux des Français comme grand parti de l’alternance face à la politique du gouvernement. En effet, les derniers sondages rendus publics donnent l’UMP en tête de la campagne avec environ 27% des intentions de vote, contre seulement 22% pour le PS. 
Le 27 mai, Martine Aubry et Ségolène Royal doivent tenir un meeting commun à Rezé, près de Nantes, afin de sceller l’unité retrouvée du parti, nécessaire à sa légitimité à la veille des élections. Mais celle-ci ne risque-t-elle pas d’être une fois de plus une unité de façade aux yeux des Français, las du feuilleton incessant et chaotique de la rue de Solferino ? Rappelons qu’en 2004, le PS avait récolté 28,9% des suffrages à l’occasion du scrutin européen, loin devant l’UMP qui avait récolté un score de 16,6%. Quelle attitude le PS devrait-il adopter pour regagner la confiance du peuple de gauche, dont les voix risquent de se disperser, du Modem au NPA ?


Date d'envoi : 28/05/09
51:45


Commenter cet article