Le PS et Europe Ecologie au coude-à-coude

Publié le par Lannig

Projections en sièges des élections européennes.

 


Les premières estimations donnent les partis de droite vainqueurs dans la plupart des pays européens, dimanche 7 juin. Le Parti populaire européen (PPE) semble bien parti pour rester la force politique dominante du futur Parlement européen et garantir ainsi la reconduction de José Manuel Barroso comme président de la Commission européenne.


Dans les grand pays, la droite l'emporte.

 

En Allemagne, les conservateurs de la chancelière allemande Angela Merkel étaient largement en tête, avec 38 % des voix, malgré un recul par rapport à 2004, selon les premières estimations des télévisions publiques. Selon les estimations, les sociaux-démocrates (SPD) enregistrent leur plus mauvais résultat avec 21,2 % à 21,5 % des voix.

 

Même chose en Espagne où la droite a battu les socialistes au pouvoir, avec 42,03 % des voix, et gagne 23 sièges sur un total de 50 à pourvoir, selon des résultats partiels. Le Parti socialiste au pouvoir a obtenu 38,66 % des voix, et gagne 21 sièges.

 

En Italie, le parti de Silvio Berlusconi remporterait largement les européennes en obtenant entre 39 et 43 % des voix, contre 27 à 31 % pour le principal parti de gauche, selon un sondage de sortie des urnes à la clôture du scrutin à 22 heures. Allié de Berlusconi, le parti anti-européen et anti-immigration de la Ligue du Nord obtiendrait entre 6,5 % et 10,5 % des voix.

 

Le parti libéral Plateforme civique, au pouvoir en Pologne, est sorti largement vainqueur, avec un soutien de 45,3 % des électeurs, selon une estimation. Le parti conservateur Droit et Justice (PiS) des frères Kaczynski arrive en deuxième position, avec 29,5 % des voix, devant la coalition de l'Alliance de la gauche démocratique (SLD) et de l'Union du travail (UP), forte d'un soutien de 12 % des électeurs, et le Parti paysan (PSL, au pouvoir avec la PO) avec 7,9 %.

 

Au Portugal, le Parti socialiste du premier ministre portugais José Socrates a été battu dimanche aux élections européennes par l'opposition de droite, selon des résultats officiels partiels. Le PS a recueilli 26,45 % des voix, soit un recul de plus de 18 points par rapport aux européennes de 2004. En tête, le Parti social-démocrate (PSD, droite) obtient 33,07 % des suffrages, en légère hausse par rapport au dernier scrutin. Le grand vainqueur est la gauche non socialiste, qui totalise plus de 20 % des voix.

 

En Bulgarie, en Lituanie, en Lettonie, en Slovénie et à Chypre, les partis de droite arrivent également en première position. En Roumanie, la gauche sociale-démocrate et la droite démocrate-libérale, qui forment la coalition au pouvoir en Roumanie, sont à égalité, avec entre 30 % et 31 % des voix.


POUSSÉE DE L'EXTRÊME DROITE

 

Mais plusieurs pays ont également vu les eurosceptiques de droite bénéficier d'une forte poussée.

 

Ainsi aux Pays-Bas, le parti d'extrême droite islamophobe et antieuropéen du député Geert Wilders aurait remporté 16,4 % des voix, soit la deuxième place, derrière les chrétiens-démocrates du Premier ministre Jan Peter Balkenende, à 20 %. En Autriche, si le parti conservateur, avec 29,7 % des voix, est en tête devant les sociaux-démocrates (23,9 %), qui subissent une déroute historique, selon les résultats définitifs, le surprenant eurosceptique Hans-Peter Martin fait une percée à 17,9 %, et  l'extrême droite est en hausse par rapport à son score de 2004.

 

De même, en Finlande, le parti au discours anti-immigrés et anti-UE des Vrais Finlandais obtient 10 % des voix. En Hongrie, l'extrême droite fait une perçée, avec 14,77 % des suffrages. La plus grande formation de l'opposition de droite, le parti Fidesz, arrive en tête avec 56,37 % des voix, s'assurant une avance écrasante sur les socialistes du MSZP (17,37 %) au pouvoir.


QUELQUES EXCEPTIONS

 

En Grèce, l'opposition socialiste est arrivée largement en tête, devant le parti conservateur de la Nouvelle Démocratie (ND) du Premier ministre Costas Caramanlis, selon des résultats partiels. Le Pasok, socialiste, remporte 36 % des voix, au détriment de la ND, créditée de 34 % des voix.

 

En Suède, les sociaux-démocrates, dans l'opposition, arriveraient en tête avec 25,1 % des voix, devant le parti de centre droit au pouvoir des Modérés, avec 18,5 %. Le parti écologiste progresserait fortement, avec 11,5 % des voix contre 6 % en 2004. Selon cette estimation réalisée pour la télévision publique suédoise, le Parti des pirates, qui veut principalement protéger la vie privée des internautes et légaliser le partage de fichiers sur Internet, obtiendrait 7,4 % des voix et entrerait ainsi au Parlement européen. 

 

Au Danemark, les sociaux-démocrates, dans l'opposition, arriveraient en tête, selon un sondage de sortie des urnes, mais ils perdent toutefois un mandat par rapport au scrutin de 2004. Les libéraux au pouvoir maintiennent leurs trois sièges et leurs alliés conservateurs de la coalition bipartite préservent leur unique député. Le Parti du peuple danois (PPD, extrême droite), principal soutien parlementaire du gouvernement, emporte deux sièges.

 

En Slovaquie, le parti de gauche du très populaire premier ministre Fico a remporté 32,1 % des voix, ce qui lui permet de passer de trois à cinq élus au Parlement européen, indiquent les résultats officiels. Du côté de l'opposition, les libéraux voient le nombre de leurs sièges réduit de trois à deux, tout comme les chrétiens démocrates.

 

A Malte, le Parti travailliste aurait trois élus au Parlement européen et le Parti nationaliste (droite libérale) deux.

 

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article